Colloque / Le comité jeune

Le comité jeune suivra, durant les trois jours du colloque, les conférences et les tables rondes. À la fin de chaque journée, ces doctorants ou jeunes docteurs feront une synthèse des échanges de la journée qui sera l'occasion de mettre en avant les idées clés, les orientations, les pistes d'adaptations, les freins et les leviers, etc.

Doctorants et jeunes docteurs, membres du comité jeune

Florian Mallet – Jeune entrepreneur

Géographe et aujourd’hui jeune entrepreneur, Florian Mallet a soutenu récemment (2018) sa thèse de doctorat intitulée « Spatialisation et modélisation de l'état hydrique des sols pour l'étude des processus de formation des écoulements en contexte torrentiel : application au bassin versant marneux du Laval (ORE Draix-Bléone, Alpes-de-Haute-Provence, France) ». Sa thèse a été réalisée au sein de l’ UMR INRA-UAPV 1114 - EMMAH / Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse. Dans le cadre de ses activités professionnelles actuelles, Florian collabore notamment avec AIR-Climat sur les problématiques liées à la séquestration du carbone.

Séverin Guignard – Post-doctorant, Laboratoire Espace

Psychologue social et aujourd’hui en post-doctorat au sein du Laboratoire Espace UMR 7300, Séverin Guignard est chercheur en psychologie de l'environnement. Il a soutenu sa thèse de doctorat, intitulée « Rapport au temps, rapport au social : perspectives sociocognitives dans l'étude du temps futur », en 2014. Son post-doctorat actuel a pour objectif d’étudier la perception des risques de submersion marine en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Ce travail s’intéresse au rapport que les habitants et gestionnaires des risques de villes côtières entretiennent avec le risque de submersion marine. Plus généralement, au travers de ces travaux de recherche, Severin Guignard s'intéresse aux rapports au changement climatique, aux risques naturels et aux idéologies.

Anne Eléonore Paquier – Ingénieur de recherche contractuelle au Cerege

Ingénieure de Recherche au CEREGE, Anne Eléonore Paquier est Docteure en Géographie Physique. Après une thèse réalisée sous la direction de Samuel Meulé et Edward Anthony et soutenue, en novembre 2014, à Aix-Marseille Université, elle a eu 2 expériences post-doctorale : une première dans un département d'ingénierie environnementale à George Mason University (USA) et une seconde au GIS Posidonie à Marseille. Depuis ces travaux de thèse, elle étudie les interactions entre l'hydrodynamique, la dynamique sédimentaire et la végétation côtière (herbiers sous-marins, végétation de marais salés) dans une démarche d'étude des conditions de maintien de la végétation sous-marine en milieu lagunaire fortement perturbé et de compréhension du rôle de la végétation côtière dans l'atténuation de l'érosion et des événements extrêmes.

Johann Suchier – Doctorant, Aix-Marseille Université

Johann Suchier est doctorant au sein du Laboratoire de Psychologie Sociale (LPS, EA849) d'Aix-Marseille Université (AMU). Sa thèse de doctorat intitulée "Inciter à une consommation soutenable : Efficacité des éco-labels, de l'utilisation de normes sociales et d'un bonus-malus financier." est dirigé par Fabien Girandola et Christophe Demarque. Johann s'intéresse aux manières d'inciter les gens à avoir une consommation soutenable et durable pour l'environnement. Plus précisément, il s’intéresse à la manière dont certaines méthodes d'incitation, associées à l'utilisation d'écolabels, peuvent permettre aux individus de réduire l'empreinte carbone engendrée par leur consommation courante.

Anne-Sophie Pavaux – Doctorante, Laboratoire d’Océanographie de Villefranche

Anne-Sophie Pavaux est doctorante au Laboratoire d’Océanographie de Villefranche-sur-mer (UMR 7093 – Sorbonne Université). Sa thèse de doctorat intitulée « Impact du dinoflagellé toxique benthique Ostreopsis cf. ovata sur la faune en Méditerranée Nord Occidentale », est dirigée par Rodolphe Lemée et Stéphane Gasparini. Spécialisée en écologie chimique, Anne-sophie étudie les interactions entre une algue toxique tropicale (probablement installée en Méditerranée à la faveur du changement climatique) et son environnement, en prenant en compte le rôle des toxines et les phénomènes d’allopathie dans ces interactions.

Julie Cardi – Doctorante, LIEU/LPED, AMU

Détentrice d'un Diplôme d'Etat en Architecture, Julie Cardi est doctorante au sein du Laboratoire interdisciplinaire en urbanisme (LIEU) et du Laboratoire Population Environnement Développement (LPED). Sa thèse de doctorat intitulée « Implication des espaces bâtis dans la colonisation du Sud de la France par le "moustique tigre" : diagnostic et préconisations » est réalisée sous la direction de Jérôme Dubois (LIEU) et Cecilia Claeys (LPED). Sa thèse, interdisciplinaire, en architecture aborde les différentes thématiques suivantes lutte anti-vectorielle, architectures et villes durables.

Rechercher
Newsletter
Agenda